7/18/2008

La césarienne, une autre naissance...

Je voulais vous parler de cela depuis longtemps maintenant, mais je n'étais pas sûre de savoir ce que je voulais en dire ni comment je voulais l'aborder...
Toujours est-il que je me lance.

Noah est né, vous le savez, par césarienne programmée pour siège. L'ignorante confiante et naïve que j'étais à ce moment-là n'a pas jugé bon de se révolter. Et pourtant, il aurait fallu...
Pas de réponse à mes questions, pas d'écoute à mes suggestions, c'est comme ça et pas autrement. C'est pas moi le médecin; on me dit qu'il faut, moi j'y vais.

Ce qu'on ne vous dit pas avant, c'est qu'une naissance "par voie haute" est loin d'être anodine. Oh, on vous explique couche par couche comment on va vous découper si vous voulez, mais à part ça, si vous voulez connaître les conséquences physiques et psychologiques de la césarienne, il ne vous reste qu'à chercher vous-même.

Bon courage. Malheureusement de plus en plus répandue, la césarienne est toujours un tabou.
Cherchez le chapitre qui en parle dans les fameux livres sur la grossesse que nous connaissons toutes: quelques lignes, et incorrectes encore! Pas une phrase sur l'après-césarienne non plus? Comment gérer? Quel traitement de la douleur? Comment allaiter? Ai-je le droit de pleurer? Si tu veux, mais en silence. Y a des femmes qui accouchent, elles!
Feuilletez les magazines pour parents ou futur parents: pas un mot. Pour pas effrayer qu'ils disent. Et le vrai vécu, la vraie souffrance, on en fait quoi? Rien parce que dans ces pages tout se doit d'être beau, rose, joufflu, épanoui... Ah ça discute épisio sans complexe, ça compare les techniques de séchage de la foufoune au sèche-cheveu et ça vous explique le fonctionnement de votre cher périnée à rééduquer, là-dessus on sait tout. Mais cicatrisation ou suites de couches après césarienne faudra repasser.

Et pourtant c'est un accouchement aussi si je ne m'abuse...


Expliquée et raisonnée, une césarienne peut être bien vécue, parce qu'elle est justifiée et qu'elle s'inscrit dans l'histoire des parents et de l'enfant comme salvatrice, porteuse de vie, en un mot nécessaire.

Mais certains médecins aiment se murer dans le silence qui dit "J'en sais plus que vous."

Il m'a fallu du temps pour comprendre mes regrets, et ces regrets je les ai transformés en un combat.
Un combat pour une naissance différente, respectueuse, sereine, et surtout, active!
Mon combat pour mon corps, pour panser mes blessures au ventre et au coeur...

Car, 2 ans après (ou même 10 c'est pareil) les conséquences sont toujours là. On est et on reste un "utérus cicatriciel" et que voulez-vous, l'impact étant bien plus gros qu'une pièce de 2€, même avec de la bonne volonté Carglouss ils réparent pas.

Alors j'essaye de me préparer différemment, j'ai changé de décor, planté mes propres jalons sur le chemin... Pour que la route soit belle.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Coucou,
Régulièrement, je te lis, je commente rarement, j'ai même oublié les Félicitations d'usage à l'annonce de Gontrand... mais bien sûr à chaque fois que tu abordes le sujet tabou de la césarienne je réagis... Parce que comment rester sûre que c'était la meilleure solution lorsque tu trouves toujours une bonne âme (du corps médical) pour te dire que "la naissance aurait pu être possible par voie basse"...
La césarienne, cela a du bon c'est sûr. Mais du moins bon aussi c'est évident !
Pour ce qui est des infos, je suis bien d'accord avec toi. Qui aborde la question de la préparation à la césarienne ? La pose de la sonde urinaire, le fait que tu ne pourras pas manger tant que tu n'auras pas de gaz, le fait que tu marcheras le dos courbé pendant une semaine, le fait qu'il faudra rester plus longtemps sous surveillance médicale alors que le bébé a normalement moins souffert. Parce que non seulement une naissance par césarienne reste une naissance, mais aussi une opération chirurgicale. Alors pour ne pas passer pour la perdante de service, celle qui n'a pas su faire, souvent on oublie d'en parler.

Vive les naissances, quelles qu'elles soient !
Et bonne route pour le second !

Biz,
Finette

Anonyme a dit…

Tu m'inquiètes...
Ma meilleure amie parisienne
attend son looloo ou sa looloote et bébé a décidé de rester en siège décomplété...
Elle accouche dans 4 semaines, est allée à l'hôpital aujourd'hui car ils devaient tenter une version (douce...) (après osthéo, acupuncture et homéopathie...) et finalement ont décidé de ne pas embêter bébé ET maman car trop peu de liquide pour tenter la chose...

Je la sais terriblement inquiète et ne sais comment la rassurer à part lui raconter des trucs débiles pour la faire marrer...

J'espère qu'elle trouvera réponses à ses interrogations.
elle ne cavale pas sur le net mais parle beaucoup aux toubibs de son hôpital...


Bizzzzz à toi, à tes Hommes et caresses nombrilesques

Manoue (MissMonde)

Anonyme a dit…

Encore moi (samgatto :-) )
Déjà je voulais te féliciter pour ce petit bébé qui pousse (je me souviens plus si je te l'avais dit...) puis bah je voulais te souhaiter de pouvoir un accouchement comme tu le rêves et l'espère.
C'est vrai que quand on a vécu une première grossesse bah on se sent surement plus forte pour les suivantes parce que nous ne sommes plus dans l'inconnu !
Donc vas-y fais toi entendre ! et avoir un utérus cicatriciel n'empêche pas de mettre au monde un bébé par voix basse, ca j'en suis sure ! je l'ai lu... dans un magazine ?? non... je l'ai lu de témoignage de mamans ;-)
Bisous !

Albertelondres a dit…

Venue par hasard...
Merci... tu as mis des mots que je n'arrivais pas à formuler sur cette frustration : on n'est jamais dans les livres, on ne se sent pas "actrice" de la naissance...
J'ai mis plus de trois ans à affirmer que c'était moi qui l'avait fait naître, ma première poulette !
La deuxième césa a été faite parce qu'on ne pouvait pas déclencher sur un utérus cicatriciel, je l'ai mieux vécue. Et la troisième va avoir lieu dans 10 jours, pas le choix.
j'ai eu confirmation l'autre jour par mon gynéco que si j'avais dit aux toubibs que je me grattais de partout (signe de cholestase gravidique et donc nécessité de déclenchement) il n'y aurait jamais eu de 1ère césa... J'ai parfois l'impression d'un gâchis même si je m'achemine vers une troisième césa sans appréhension... J'aurais bien plus la trouille de vivre cette troisième naissance comme une première, au moins, la césarienne, je sais ce que c'est !

Bon courage pour la suite...