10/09/2007

J'ai testé pour vous: mon fils est un sale petit ingrat!

Oui oui, vous avez bien lu!

Déjà que Môôôssieur avait décidé d'affirmer son caractère bien trempé (je me demande bien de qui il tient ça...) il y a quelques semaines, nous avons eu le plaisir d'assister de près à une authentique grève de la faim comme on n'en fait plus. Avec crises de panique et tout et tout. Et même des larmes. Rien que ça. Le mai 68 de la petite enfance. La crise de pré-pré-pré-ado. Damned.
Même avec l'assiette Kirikou ou la cuillère Mickey qui change de couleur quand c'est trop chaud.
Même avec les morceaux, sans morceaux, même en soupe ou en potage.
Bon sang, même avec de la Vache-vous-savez-quoi!!!

Il ne se nourrissait plus que de lait, de yaourts, de compotes et de gâteaux. (Tu le vois le caprice? Tu le vois??)
Je vous raconte pas les couches...

Au bout de quinze-vingt jours, puis presque un mois, en désespoir de cause et obligée de lui remettre ses pantalons en 12 mois parce que les autres lui tombaient sur les pieds, on part tous en route pour le cabinet du médecin, la mort dans l'âme.

Et ça n'a pas raté...

Tssssss... Trop fusionnelle, mon ***!

Bref, physiquement tout va bien, et forts du principe bien connu selon le quel "aucun enfant ne se laisse mourir de faim", nous autres pauvres parents tenons bon... Enfin, au moins à tour de rôle mais on fait ce qu'on peut, c'est épuisant tout ce cirque, et puis après une demi-heure de chansons, de jeux, de chantage (oui oui!!!) pour faire ouvrir la bouche au gnôme réticent, on a moyen envie de faire gouzi-gouzi et d'imiter l'avion en faisant voltiger la cuillère qu'on tient avec le doudou, transmuté pour l'occasion en marionnette... Vous voyez le tableau?

Bon, après moults interrogations internes et remises en question et tout le tralala, il s'est avéré que Môôôssieur a tout simpement décidé de ne rien avaler que j'aurais fait de mes blanches mains.

Le petit ***.

Le Schtroumpf est donc au régime Blédichef-tant-pis-pour-ta-gueule parce que aller au marché chercher des légumes frais et lui faire ses repas tous les jours, pour qu'il me les recrache dans le bavoir, ce n'est ni économique, ni rapide, et en plus c'est vexant.

Sainte Blédina priez pour moi.

7 commentaires:

Ingrid a dit…

mdr j'adore la superposition entre "petit homme deviendra grand", et mon fils ce "sale ingrat"....
Toujours aussi bien écrit!!!
Petite anecdote: une amie a nourri sa première fille avec des plats qu'elle cuisinait elle-même. Résultat: elle est difficile, mange pas grand-chose...
La deuxième, faute de temps, elle lui a refilé des blédichef et compagnie, et elle mange de tout............ A peine vexant aussi hein? ;)
Gros bisous à toi et ton petit homme!
Ingrid

Anonyme a dit…

En esperant qu'il mange aussi proprement que Débo ;););)

y'a pas a dire, ils ont du caractere...

ca va donner quoi a leur mariage???

Débo pense a Noah...et toi TMM grave!

sab

Émile et Arsène a dit…

As-tu essayé les patates douces? en purée avec des carottes et de la purée d'amandes, ou du quinoa, excellent au goût et parfait sur le plan nutritionnel. S'il refuse ça, abandonne.

MissMonde a dit…

POurquoi Blédina serait une Sainte ?
Et pas un Saint ?...

Mouarf, la Dinde qui veut laisser une bafouille, mais qui ne sait pas quoi écrire.....

Vivement que Noah soit en âge de se faire la bouffe tout seul...

Michelle et Noah a dit…

C'est vrai ça, Manue, je vais changer ça tout de suite :D

Monsieur le Papa d'Emile et Arsène, bien sûr que j'ai tenté la patate douce, pour qui me prends-tu? ;)
Noah a toujours adoré ça d'ailleurs, je lui en faisais très souvent... Mais c'était avant l'drame bien sûr :(

mayga a dit…

ca me rappelle le premier ! pfff quel petit ingrat, moi qui déteste faire la cuisine je lui mitonnais des purées de carottes qu'il me crachait dans la tronche alors qu'il avalait avec délice son petit pot dégouttant !
ni une ni deux, j'ai plus jamais fait de purée de carottes à aucun de mes sales gosses ! non mais ho !!

smiloche a dit…

Tu as l'art de tourner le tragique en comique, mais ça ne doit quand même pas être facile à vivre. De temps à autres, Max se paye une envie d'assiette spécial bébé précuisinée, et après tout, faut voir le bon côté des choses, c'est toujours une heure de gagnée à ne pas cuisiner!